Manioc – « La Reine du Brésil »

selo lenda mandioca

Nous sommes à Natal, terre de l’historien brésilien renommé, Luiz da Câmara Cascudo.

Notre responsabilité est grande car nous commençons avec une recette dont l’ingrédient principal est le manioc, intitulé par celui-ci de ‘Reine du Brésil’ dans son livre ‘L’Histoire de l’Alimentation au Brésil’ (édité en 1983, mais écrit entre 1962 et 1963).

Le ‘potiguar’ (nom donné à ceux qui sont nés dans l’état de Rio Grande do Norte) Luiz da Câmara Cascudo éternisa dans ses livres, en outre, des légendes indigènes sur le manioc, comme celle décrite ci-dessous:

La légende de Mani (du peuple indigène ‘Tupi’) a été enregistrée en 1876 par Couto de Magalhães. Dans le domaine public, ceci fut le registre du folkloriste :

« Il y a longtemps, un chef sauvage (dont le village se situait là où se trouve aujourd’hui la ville de Santarém) a voulu punir celui qui avait déshonoré sa fille. La jeune femme n’avoua pas le nom du coupable, malgré les sévères punitions qu’elle subissait. Le chef était décidé à la tuer, quand pendant son sommeil, lui est apparu un homme blanc qui lui demanda de ne pas la tuer, car elle était innocente. Neuf mois après, elle accoucha d’une très belle et blanche fillette !

Les gens venaient de loin pour admirer cette fille si blanche. La petite reçut le nom de Mani, elle était très précoce. Malheureusement elle mourra à la fin de sa première année, sans raison ni maladie. Conformément aux traditions, elle sera enterrée dans la maison familiale et son tombeau sera arrosé tous les jours. Après un certain temps, une plante inconnue naîtra à l’emplacement de la tombe. La plante poussa, donna des fleurs et des fruits.

Les oiseaux mangèrent les fruits et s’enivrèrent, ce phénomène, inconnu des indiens, augmenta le mystère de la plante. Un jour la terre se fissura sous la plante, alors les indiens creusèrent et ils s’imaginèrent trouver le corps de Mani. Ils mangèrent la racine et c’est ainsi qu’ils apprirent à utiliser le manioc. »

C’est cette légende qui a fait dire à l’historien Câmara Cascudo, que le nom manioc est issu de ‘Mani’ et ‘Oca’ (maison, dans la langue Tupi).

BR101_mini

selos filadelfia

‘Le manioc cultivé depuis fort longtemps par les populations locales fut découvert par les européens en 1500 quand le navigateur portugais Cabral accoste le Brésil avec ses hommes.

Les premières mentions précises du manioc sont faites par Jean de Léry qui aborde les côtes du Brésil en 1557, et à court de provisions troque des objets manufacturés contre des vivres dont de la farine de manioc. De retours en France Lery publie à La Rochelle le récit de son voyage (L’Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, autrement dit Amérique) dans lequel il fait mention de la racine de manioc. Plus tard une description scientifique en est faite par Willem Piso dans son ouvrage Historia Naturalis Brasiliæ publié en 1648 à Amsterdam.’

source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Tapioca

photo: http://www.selosefilatelia.com.br/

BR101_mini

Publicités

Une réflexion sur “Manioc – « La Reine du Brésil »

  1. Pingback: Escondidinho de Carne Seca | Projet BR-101

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s